Kontakte n | Nous Contacter​​ | Contact   

 

(509) 22 48 22 38 | 29 40 08 69​

Villaj Théodat_Ri A#4

Taba, PAP, HT6110 Ayiti

Imel: hetherou6@gmail.com

NOUS SUIVRE :

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon

© 2019 Par FONDASYON FELICITEE . Créé Par  Vladimir Occeus

1-Née à léogâne le 8 mai 1748 de parents soumis au système esclavagiste euro-chrétien.

 

2-Achetée vers 1770 par l’artiste peintre français Michel Petit, dont elle devient l’épouse. Elle sait déjà lire et écrire et profite de la bibliothèque de sa nouvelle demeure  pour étendre ses connaissances.

 

3- En tant que Noire libre, elle partage ses connaissance avec d’autres en formant de nombreuse personnes dans l’art de lire et d’écrire. Apres 5 ans veuvage, elle épouse le maitre-charréron et homme libre, Pierre Lunic. Elle s’est aussi construite une excellente réputation pour les soins naturels, la couture et la broderie.

 

4-Après plus de douze ans de veuvage,  elle épouse le général  Jean-Jacques Dessalines, dont elle est l’aînée de 10 ans, en 1800 à Saint-Marc. Pour accepter de se lier à lui, elle exige général reconnaisse tous les enfants qu’il a eu d’autres femmes l’acte légal a été dressé au cabinet du notaire Geffrard à Saint-Marc.

 

5- Dans la capitale impériale elle est surnommée la Félicité. Elle installe deux demeures séparées pour elle et son époux car elle comprend que sa demeure doit être un arsenal, tandis qu’elle souhaite n’avoir aucune arme dans la sienne. A un certain moment, la Félicité a plus d’une trentaine d’adoptions vivant sous son toit.

 

6-Même en tant qu’impératrice, la Félicité garde sa grande simplicité. Elle continue d’enseigner la lecture et l’écriture ; elle soigne avec les plantes. En matière de justice, elle défend publiquement la constitution, même lorsque l’offenseur serait  son mari. Elle participe à la rédaction de la constitution impériale et y contribue avec le segment sur la protection de l’enfance.

 

7-Après l’assassinat de l’empereur, l’impératrice se fait apporter les sommes disponibles dans la capitale et les distribue aux personnes de petites bourses. Elle demande à tout un chacun de quitter la capitale et de se mettre à l’abri afin d’éviter les mauvais traitements des assassins de l’empereur qui, sûrement, viendront chercher des richesses. Effectivement, elle subit un interrogatoire musclé avec son calme habituel. En final, les intrus doivent retourner à leur source, déçus. L’impératrice est sollicitée de tous les côtes, y compris Capois Lamort qui l’informe qu’il fonde le club des patriotes visant l’arrestation et le jugement des assassins de l’empereur. Elle refuse toutes proposition de mariage en répondant  « Quand on a été l’épouse d’un libérateur, il n y a plus d’homme pour nous sur cette terre ! »  Elle survit à l’empereur pendant 52 années et meurt le 8 aout 1858, l'âge de 110 ans. Sa sépulture est située aux Gonaïves.          

Marie Claire Heureuse

Félicité Bonheur Dessalines 

Général,

 

 On pouvait croire que vous alliez, après le crime odieux au Pont Ronge, vous faire oublier, mais au contraire, vous allez, dans votre folie vengeresse, jusqu'à menacer la femme d’un homme, lequel après tout, n’a fait que du bien pour ce pays que vous prétendez relever. J’ai noté avec autant de satisfaction que vous méritez de mépris les injures dont vous accablez mon mari, après l’avoir si lâchement assassiné. J e ne voulais pas répondre à vos attaques stupides, mais c’en est trop, je tenais à vous faire comprendre que vous n’êtes qu’un vulgaire assassin, dussè-je mourir ruai aussi par vas coups.

 

    Recevez mes civilités empressées"

LETTRE ECRITE DES
MAINS PROPRES
DE L’IMPERATRICE AU
GENERAL ETIENNE GERIN